viernes, 7 de marzo de 2014



Le football Français et Espagnol

Nous avons remarqué que chez vous les deux plus grands clubs qui se disputent  les coupes sont le Real Madrid contre le FC Barcelone , chez nous aussi nous avons aussi deux club rivaux ce sont le PSG et l'OM voilà comment est née cette rivalité et leur histoire à tous les quatre car il ne sont pas si différents que ça :

la rivalité entre les deux clubs phares du championnat de France n’a pas toujours existé,  même s’il est évident que, pour des raisons extra-footballistiques, les marseillais n’ont jamais aimé les parisiens pour des raisons de culture, et de mentalité. Marseille-Paris, c'est un petit peu l'opposition Nord-Sud, Capitale-Province, bref les deux villes ne s'aiment pas, et cela a toujours eu quelques répercussions sur les clubs des deux villes. C’est alors que Bernard Tapie arrive au sein du club phocéen. Alors que Marseille est en train de s’affirmer comme un des clubs le plus important de France, l’OM, à la lutte avec le PSG, pour le titre 1989, va dominer les parisiens 1-0. Évidemment, après un tel événement, les parisiens ont forcément une dent contre l’OM.  Et c'est ainsi que la rivalité va suivre.



Dans les années 1940, le régime imposa des dirigeants dans les différents clubs afin de garantir leur épuration politique et leur soumission au pouvoir. Il n'y avait que la presse sportive qui était sous le contrôle des milieux phalangistes, le football et le sport en général fut longtemps placé sous la tutelle.Il est utile de préciser que la rivalité entre les deux clubs est restée intacte. Plusieurs anecdotes le prouvent comme le FC Barcelone, qui, après le départ de Figo du Barça vers le Real a gratuitement proposé à toutes les sociétés de retirer le flocage "FIGO" sur leur maillot. Il est également possible de citer l'anecdote de Samuel Eto'o. L'attaquant camerounais a longtemps appartenu au Real Madrid, qui ne lui faisait pas vraiment confiance, et l'avait prêté, avant d'intégrer l'effectif du FC Barcelone, club avec lequel il réalisa sa meilleure saison espagnole conclue par le titre de champion. Lors de la fête célébrant ce titre, il prononça alors en espagnol "Real cabrón, saluda al campeón".Certes, du fait de la volonté de ses dirigeants de garder une bonne image, il s'excusa de cette incartade, mais l'antagonisme entre les deux clubs est toujours aussi marqué.

No hay comentarios:

Publicar un comentario